les deux lecteurs Flash
Bulle de remerciement Alex64
  Résumé des épisodes précédents :

  Alex64, par une magnifique, fraîche et belle nuit d'été, se prélasse sur son balcon en béton, petit bonheur bien effémère... Lorsque des cris se font entendre ! Son quartier tout entier est en émoi. Y'aurait-il eu un meurtre ? Ou est-ce un de ces grands avions américains qui vient de se crasher sur un immeuble ? Égorgerait-on quelqu'un ?... Par un geste surprenant d'intelligence extrème (oui, je sais, je suis modeste), Alex64 décide de mettre la radio pour écouter France Inter... Et vous remarquere que le résumé c'est n'importe quoi !

  Alors que je croyais comme un con que France Inter était une radio de Paris, de la maison de la radio... Je m'étais planté lamentablement ! En effet, alors que je pensais couvrir les bruits qui me parasitaient mon bain de fraîcheur estival, voila t'y pas que l'animateur radio était LUI AUSSI, en train de gueuler dans le poste !!! Ce qui ne pouvait dire qu'une chose :  France Inter ne pouvait se trouver que quelque part dans mon quartier ! En fait, cela pouvait aussi dire autre chose : cette radio diffusait un match de foot ! Il n'y a que les match de foot et le jour de l'an qui provoquent cet état de ressource aux sources de l'homme des cavernes chez les gens...




  Comme je ne possède pas de téléviseur (je devrais dire "comme je ne suis pas possédé par la télévision), je ne peux pas contrôler si le match, dont je commence de plus en plus à soupsonner l'existance et la radio diffusion, existe bel et bien et ne serait pas retransmis sur une chaîne de Tv française (qui n'a que ça a diffusé, à défaut d'un documentaire animalier bien plus passionnant).

  Je n'ai pas de télé, soit ! Mais il me semble quasiment impossible, voir impossible, pour ne point dire improbable, que mes voisins au QI exhorbitant de 3 sur l'échelle de Richter, que mes voisins, disais-je, puisse écouter une aussi bonne radio, France Inter, match ou pas match. Mes déductions, dignes d'un Hercule Poirot, aboutissent à la seule solution raisonnable pour un cerveau comme le mien : un match de foot a bien lieu quelque part sur cette planète, tout le voisinnage y a accès donc c'est la télé, l'animateur qui s'égosille et n'a presque plus de voix, Monsieur Jacques Vandroux, est aussi de la fête et commente ce jeu de "je tape dans un ballon avec mes pieds et j'ai un salaire équivalent à 250 siècles de la paye d'un ouvrier".
  Ce soir là, va savoir pourquoi, les gens avaient le droit de hurler dehors, de tabasser d'autres gens, de bousiller des voitures stationnées, de pisser dans les rues, de faire du bruit bien après 22 heures, de clabauder des choses incompréhensibles comme "On aaaaa gaaaagné ! On aaaaa gaaaagné !". Je m'interrojai alors sur ce qu'ils avaient gagné : au lot ? L'héritage d'un oncle d'amérique jusqu'alors inconnu ? Un paris débile genre "tu n'arriveras pas à avaler 150 œufs durs"... Non, vraiment, je ne voyais pas.
  Je ne voyais même pas grand chose. Rappel :  il faisait nuit !
  Nous n'étions pas le 14 juillet, mais les pétards, fétards et feux d'artifices n'en pouvaient plus d'éclater leur bonheur nocturne à la face des autres, les silencieux par respect de leur entourrage.
  Alors ils avaient gagné. Ou plutôt, "gaaaaaagné", comme ils le criaent; le vociféraient, le tonitruaient, beuglaient...
"Beuglaient" ? Tient donc, en, voila un terme peu banale pour décrire une foule de méchants qui ne l'étaient pas.
Beugler c'est, quand il ne s'agit pas de ces espèces d'ongulés, produire un son fort, puissant et surtout désagréable !

  Il faisait chaud, c'était l'été, et là vous faites "badada" dans votre tête, comme la célèbre chanson de Joe Dassin. J'avais les fenêtres ouvertes, profitant de cette fraîcheur tant attendu. J'écoutais le silence, mais aussi les "tsissississi" des grillons... Puis ma vie et celle du mon entier fut bouleversé par mes voisins, avec leur satané "on aaaaa gaaaaagné !".
  Et puis j'ai eu la bonne et excellente idée d'allumer la radio ! La plus bien meilleure radio que j'écoute tous les jours, des heures durant. Enfin... Bonne avant les élections lamentables du mois de juin 2007... Hum, c'est un autre combat.

  Allez hop, j'allume le poste et je mets France Inter, espérant par là-même couvrir les cris de haines et de guerre de mes voisins devenus fous à cause d'une absorbtion massive de vache folle et de prions de Creutzfeldt-Jakob (non ne soyez pas épaté parce que je sais l'écrire sans faire de faute, je suis allé chercher ça sur le net et j'ai fait un copier-coller).
La Violence Faite Aux Femmes
http://www.planfrance.org
A propos de Mr Schmidt
Parrainez un Enfant...

Comme Mr Schmidt
(le film avec Jack Nicholson)
deux vaches à Fontain (doubs)
   Fort de ces trois constats, dont le lien est plus que douteux, je décidai sur le champs d'enregistrer la radio et mes voisins en même temps ! Je voulais immortaliser un moment de chaos sur la planète Terre avant que Francis Cabrel (que j'adore) n'en fasse une chanson. Je voulais que le cri des autres coïncident aux commentaires du commentateur qui commentait le match, no comment... Je voulais aussi manger une glace au citron, mais je n'en avais et tout le monde s'en fout, à tort...
  J'ai la confirmation immédiatement après, comme si tout ce beau monde venait d'entendre ce que je pensais : Jacques Vandroux hurla qu'un but venait d'être marqué, mes voisins se mirent aussitôt à vomir leur boyau en manifestant leur orgasme de pelouse verte éclairée la nuit par des projecteurs qui ont un impact quasi certain sur le réchauffement climatique...

  J'ai horreur des voisins bruyants ! Ils le sont toujours, donc j'ai horreur des voisins tout court. J'aime pas, mais pas du tout, le football. Jacques Vandroux, je l'aime bien et surtout je suis faux-cul...
   Voici donc, pour vous, en EXCLUSIVITÉ sur le net et partout ailleurs, le seul moyen de revivre cette grande émotion que fut la Coupe de le Monde de l'année 1998, où mes voisins ont gaaagnés.

  C'est du MP3 non interdit, du MP3 gratuit. Et c'est surtout en STÉRÉO, les voisins d'un côté et Jacques Vandroux de l'autre. Mais pas que ça, vous pourrez écouter ce que MOI j'ai VRAIMENT entendu ce soir-là.
La soirée de folie en super Stéréo !
Ce que MOI j'ai réellement entendu !
La violence faite auxc femmes : http://www.sosfemmes.com
Renaud Séchan : Manhattan Kaboule
Pour ceux qui lisent les bas de page :o)
Alex64... Champions de le monde, en 1998 ?
UN SEUL CLIC et ...

VOUS OFFREZ DES VACANCES À UN ENFANT HANDICAPÉ


VOUS OFFREZ DES VACANCES À UN ENFANT DÉFAVORISÉ

VOUS LUTTEZ CONTRE LA FAIM


VOUS NOURRISSEZ UN ANIMAL

C'EST ULTRA-SIMPLE
ET TOTALEMENT GRATUIT !

Merci de cliquer
n'y pensez pas seulement
FAITES-LE !

Encore MERCI.


UN CLIC HANDICAP
UN CLIC ENFANCE
UN CLIC FAIM
UN CLIC ANIMAUX


http://www.clic-solidaire.com
30 millions d'amis et Alex64
Parce que mes amis sont vos amis...
Dépliant "Contre la Violence Faites aux Femmes"  . (appelez le 3919) .
Dépliant "Contre la Violence Faites aux Femmes"
              
. (appelez le 3919) .
Avez-vous du cœur ?
Avez-vous du cœur ?
Copyright © Alex64. Tous Droits Réservés 1998 - 2013
http://www.worldcommunitygrid.org

Aidez la médecine, la science, avec votre ordinateur !
Ceci n'est pas une pub, c'est sérieux, j'en parle sur toutes mes pages...

Aide humanitaire mondiale en 1 clic par jour, gratuit, donnez : nourriture, médicaments...
En cliquant sur 1 lien de sponsor 1 seule fois par jour !

Fontain (Doubs)
Vous ne savez plus « où c'est » ? Cherchez-le grâce à Google !
Les résultats de la recherche s'affichent ici !
Loading
Le concept du Click-To-Donate (Cliquer Pour Donner) est utilisé par quelques sites internet à but humanitaire, principalement anglophones. Au lieu d'inviter le visiteur à aider une cause en faisant un don en argent pour un organisme de bienfaisance ou une cause, le site lui propose de cliquer sur un bouton pour donner sans débourser le moindre centime.
Le concept du Click-To-Donate (Cliquer Pour Donner) est utilisé par quelques sites internet à but humanitaire, principalement anglophones. Au lieu d'inviter le visiteur à aider une cause en faisant un don en argent pour un organisme de bienfaisance ou une cause, le site lui propose de cliquer sur un bouton pour donner sans débourser le moindre centime.
Retour en haut de page


Retour en haut de page
Retour en haut de page